• Emeline

À fleur de peau. L’art de l’ « Hypersensibilité »✨


Le sujet de l’hypersensibilité est très à la mode aujourd’hui. On voit des articles à ce sujet fleurir dans tous les magazines. De plus en plus de personnes réalisent qu’elles sont hypersensibles. Il paraîtrait que 1 personne sur 5 est hypersensible. Cela vous parle ? Je n’aime pas bien créer des catégories, il y en a déjà beaucoup, et cela peut générer un sentiment de séparation, mais il faut avouer que c’est pratique sur le plan didactique, ne serait-ce que pour faire certaines prises de conscience. Pour moi, l’hypersensibilité est un art. D’ailleurs, je parlerais plus de sensibilité que d’hyper-sensibilité. Je dirais que le côté « hyper » se manifeste quand on n’a pas encore bien maîtrisé l’art de l’écoute sensorielle. Et comme tous les arts, cela s’affine, cela s’entraîne, cela se déploie. La sensibilité, c’est simplement la capacité de ressentir pleinement les vibrations qui vous traversent. C’est l’art de ressentir la Vie ! Et comme tout art, cela demande de faire ses gammes, encore et encore, pour jouer avec la maîtrise d’un adulte et le cœur d’un enfant. Alors ça veut dire quoi au juste hyper-sensible ? On considère généralement que l’hypersensibilité se joue sur plusieurs plans, petit tour d’horizon non-exhaustif : 👉 sur le plan physique : une sensibilité particulière à la lumière, aux bruits, aux odeurs, au goût, au toucher. Petit exemple, personnel. Depuis l’enfance, je suis sensible aux odeurs, surtout les odeurs chimiques. Si je reste devant une parfumerie quelques minutes, les odeurs sont tellement nombreuses et fortes que j’ai la tête qui tourne et que je commence à avoir la nausée. C'est comme si on me mettait dans une salle de concert avec des instruments qui jouent tous des mélodies différentes en même temps. C'est dissonant, bruyant et fatigant ! 👉 sur le plan physique mais plus subtil : on peut sentir l'odeur de certaines émotions, on peut avoir des visions particulières, on peut entendre des voix, on peut sentir que l’on nous touche alors qu’il n’y a apparemment personne. Bref, le monde que l’on considère habituellement invisible, n’est pas si invisible que ça si l’on prend le temps de ressentir pleinement. 👉 sur le plan émotionnel : les larmes viennent facilement même devant un dessin animé (oui, j’avoue !), on peut faire le yoyo émotionnel grande joie / grande tristesse, on se relie très facilement à la douleur de l’autre ce qui nous donne une grande capacité d’empathie, un grand sentiment de proximité avec la nature, les animaux, le Vivant dans sa globalité. 👉 sur le plan mental : les grands sujets de l’humanité nous touchent directement et le sentiment d’injustice est dans les starting-blocks. Si l’hyper-sensibilité vous pose problème, j’ai 2 nouvelles à vous annoncer : - la mauvaise...ça ne va pas s’arrêter. - La bonne...ça ne va pas s’arrêter ! 😜 On peut vivre cette particularité comme un véritable fardeau, quelque chose d’handicapant. On peut avoir envie de se recroqueviller dans sa coquille, de se couper du monde et de se blinder. On peut aussi prendre le risque de vivre pleinement et de peaufiner cet art. La sensibilité, c’est l’écoute pleine et entière de la VIE. Lorsque l’on accueille pleinement notre sensibilité, la vie déploie toute sa splendeur. Vous réalisez que les mille et un parfums de l’Univers sont en vous et vous prenez le temps de les savourer. _________ J'accompagne les Visionnaires Intuitifs à révéler leur potentiel et à l'ancrer dans la Joie d'Être 🌟 Coach intuitive - Thérapeute Psycho-corporelle 👉 www.emelineharari.com